Menu

Une douche froide

27 mars 2023 - Santé
Une douche froide

Une douche froide: Cette expression est utilisée presqu’exclusivement de façon péjorative pour désigner une situation inattendue et désagréable. Pour la grosse majorité des gens, dont je faisais partie avant, la vraie douche froide, celle au sens littéral, n’est vraiment pas intuitive à essayer car on croit pouvoir s’imaginer facilement que ça va se résumer à une expérience déplaisante. Or, après l’avoir osé pour vrai en décembre dernier, j’ai découvert une “cryothérapie de pauvre” fabuleuse répondant à un besoin criant pour moi. Mentionnons d’abord le contexte: Dû à une insomnie extrême et soutenue dans le temps, mon cerveau semble s’être modifié et n’est maintenant plus capable de dormir profondément, rendant minimale ma récupération physique et mentale à chaque nuit. je suis donc maintenant pris avec de la fatigue chronique intense qui me rend à peu près invalide en tout temps.

Donc, à défaut de bien dormir, je cherche des sources d’énergie. Malheureusement, une des sources d’énergie les plus communes, soit la caféine, s’avère être un très mauvais choix et c’est bien lorsqu’on est complètement à plat comme moi qu’on peut bien se rendre compte qu’elle ne constitue qu’un simple prêt *avec intérêts* en énergie, en plus d’impacter le sommeil, déjà minable dans mon cas. Comme deuxième source potentielle d’énergie et bien que ça peut paraître paradoxal à ceux qui n’en font pas, il y a l’exercice intense. J’en fait de façon religieuse, surtout via mon vélo stationnaire, depuis un grand nombre d’années et j’ai constaté que ça m’énergise. Je trouve que c’est une bonne façon de contrer la fatigue même si c’est douloureux à faire lorsqu’on est déjà fatigué avant de commencer. Par contre, ça a ses limites et mon état exécrable requérait quelque chose de plus intense.

Entre en scène la douche froide à la mi-décembre 2022. D’abord, je démarre la douche avec de l’eau assez chaude pour laver quelques membres, puis en modifiant la température pour faire baisser le mercure, pas nécessairement pour avoir de l’eau glacée mais assurément assez froide pour que ça saisisse et que ça soit inconfortable, je passe un bon 15-20 minutes là-dedans. En sortant, mon état de pauvre type presque mourant (oui, je suis rendu là) passe à un état même mieux que “normal”. L’énergie que ça donne via l’augmentation de la circulation sanguine et l’activation des mécanismes de défense du corps, qui stimulent notamment la production de globules blancs, est vraiment impressionnante et est jumelée à une sensation de bien-être que vous connaissez si vous avez déjà fréquenté un spa nordique. Cette énergie est toutefois éphémère puisqu’elle diminue drastiquement après 2 ou 3 heures. N’empêche, elle est beaucoup plus intéressante et saine que celle procurée par des stimulants comme la caféine puisqu’on revient plus ou moins à notre état de base et non un état plus merdique que notre état initial comme c’est le cas avec la caféine. C’est aussi très différent de juste avoir froid dehors l’hiver en étant mal habillé. Je ne sais pas exactement pourquoi mais je dirais que ça a à voir avec la très grande proximité du froid avec la peau ainsi que l’intensité et le caractère soudain de ce froid qu’on n’expérimente pas si on se les gèle tranquillement à l’extérieur.

J’ai remarqué que la douche froide a une super synergie avec l’entrainement fait au préalable. D’abord, parce que ce dernier réveille un peu, constitue une petite souffrance en lui-même et réchauffe le corps donc prépare et amoindri la “grosse” souffrance de la douche froide. Également, l’énergie que procure l’entrainement n’est pas très intense initialement mais s’échelonne sur assez longtemps (plusieurs heures) donc complète parfaitement l’énergie donnée par la douche froide qui, elle, est très intense au début mais disparait plutôt rapidement. Ces deux énergies différentes se complètent donc à merveille. J’ai également lu à plusieurs endroits sur le web que l’eau froide aide à la récupération musculaire post-entrainement.

Ça fait maintenant environ trois mois et demi que je prend une douche froide presqu’à chaque jour mais j’ai seulement vécu l’hiver avec cette nouvelle pratique. J’avoue que la venue prochaine de l’été m’enchante étant donné qu’elle va favoriser la prise de plus d’une douche froide par jour car il faut dire que l’hiver, si je compte aller à l’extérieur tout de suite après ma “cryothérapie de pauvre”, ça peut être très désagréable et même épeurant puisque, pour l’avoir fait une fois à date, la température ressentie est facilement 20 degrés plus basse que sans la douche froide au préalable. Cet été, je n’aurai évidemment pas ce problème.

Pour le reste, bien, je suis somme toute content de continuer avec cette pratique puisqu’elle m’incite à raccourcir mes douches étant donné l’inconfort du froid, donc à économiser l’eau, en plus de donner une pause à mon chauffe-eau, ce qui est également écologique et bon pour mon portefeuille. Par ailleurs, j’ai vu qu’il existe des établissements où il est possible d’avoir une “cryothérapie de riche” via bonbonnes d’azotes liquides. Je ne doute point de l’efficacité de ça mais disons qu’une bonne douche froide me semble pas mal plus accessible et pratique.

En conclusion, si j’ai persisté avec la douche froide presqu’à chaque jour depuis ma découverte de cette dernière en décembre 2022, c’est assurément parce que ça me fait du bien au final, car même après plusieurs dizaines de fois, ça demeure une expérience déplaisante sur le moment. Jumelé à l’exercice, je suis persuadé que ça me fait éviter, ou du moins retarde, une visite à l’hôpital et une prise d’un nouveau médicament. Je vous invite donc à faire comme moi et des joueurs de la NBA et à adopter le froid comme mode de vie avec exercice en guise de préliminaires idéalement. Vive les petites souffrances qui retardent le malheur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *